Street Art florentin

Pour avoir vécu quelques temps dans la belle ville de Florence, je peux vous dire que l’une des choses qui m’a le plus marquée est bien le street art florentin. Que l’on se trouve au centre de la ville ou de l’autre côté de l’Arno, les rues regorgent en effet de grafittis en tous genres. Voyez plutôt :

IMG_7121

IMG_6927

 

Les représentations artistiques les plus connues sont cependant celles faisant apparaître sous l’eau des personnages, historiques ou contemporains, avec un masque tuba. Pour comprendre cet art qui est loin d’illustrer des envies de l’auteur de noyer ces célébrités, il faut se pencher sur l’histoire florentine. Inutile de remonter très loin, un simple bond au XXe siècle fera l’affaire : dans la nuit du 3 au 4 novembre 1966, Florence connut en effet une inondation dont les conséquences furent le délogement de 50 000 familles et 6 000 boutiques détruites, à commencer par les commerces situés sur le Ponte Vecchio. La vague de boue créée par la crue de l’Arno  provoqua ainsi de grands ravages dans la ville, engloutissant de ce fait de nombreuses oeuvres d’art datant de la Renaissance.

Veduta di piazza S. Croce dopo l'alluvione di Firenze del novembre 1966

Vue sur la basilique Santa Maria Novelle ©Raffaello Bencini

Raffaello Bencini

Vue sur le Ponte Vecchio ©Raffaello Bencini

Quartier Gavinana Raffaello Bencini

Quartier Gavinana ©Raffaello Bencini

 

Cependant, afin de ne pas se laisser abattre par cette catastrophe naturelle, certains artistes ont décidé d’exprimer le caractère éternel de l’art de la Renaissance à travers leurs œuvres artistiques. C’est dans ce contexte qu’apparaissent les graffitis de l’artiste Blub, représentant des peintres, des musiciens ou encore des chanteurs, qui symbolisent l’art qui survit au temps. Des personnalités politiques à l’apogée de la ville de Florence figurent également sur les murs de la ville. Vous l’aurez compris, je pense aux fameux membres de la famille Médicis, maîtres de cette ville dès la fin du Moyen Âge. Le message est clair : quand bien même la ville se trouve noyée, l’art trouvera toujours un moyen de survivre, se faisant de ce fait éternel et plus fort que les caprices de la nature.

IMG_4800.JPG

Voici Van Gogh, que l’on connait bien en France

IMG_7113

Vous reconnaissez sans doute la belle Ferronnière, de Léonard de Vinci.

De Vinci, La Belle Ferronière

Léonard de Vinci, La Belle Ferronnière, 1490’s, Musée du Louvre

 

Street Art Florentin12

La fameuse Amy Winehouse

IMG_4624.JPG

Salvador Dali, reconnaissable à ses moustaches!

 

IMG_7134

Le duc d’Urbino et son épouse à Arezzo, s’inspirant du tableau Le Triomphe de la chasteté…

Le Triomphe de la chasteté

Piero della Francesca, Le Triomphe de la chasteté, XVe siècle, Gli Uffizi

 

L’art de Blub est vraiment unique et fait aujourd’hui partie intégrante de la culture florentine. Ses fans ont même ouvert un compte Instagram dédié à son travail!

Je ne peux cependant évoquer le street art florentin sans mentionner le fameux Clet Abraham, un Street Artiste de 48 ans dont la mission est de faire sourire la ville en décorant, avec une touche humoristique, les panneaux de signalisation.

 

IMG_6519

IMG_6522

IMG_6575

IMG_6670

Aujourd’hui très connu, vous aurez peut-être la chance de le croiser dans sa boutique, située de l’autre côté de l’Arno, dont vous pouvez avoir un petit aperçu avec les visuels suivants:

IMG_7126.JPG

IMG_7127

L’artiste français utilise notamment cette expression artistique afin de dénoncer les limites de notre société, dénonciation qui pourrait bien l’amener en prison puisque son activité reste illégale. L’artiste en a d’ailleurs souffert à plusieurs reprises: Mami Urakawa, sa compagne, a été interdite, lors d’un voyage à Osaka (Japon) en 2015, de quitter le territoire et d’entrer en contact avec Clet jusqu’à ce que celui-ci se livre à la police après avoir glissé des stickers sur des panneaux de signalisation…

Il est vrai que son travail est souvent sujet à des polémiques, comme la représentation du Christ crucifié ajoutée au panneau de « voie sans issue ».

Personnellement, j’aime beaucoup cet artiste qui, en plus d’exprimer un message par le biais de l’art, égaille les rues de Florence d’un style artistique qui contraste avec les œuvres de la Renaissance. Mais il est loin de partager son oeuvre uniquement dans la ville florentine. Vous pouvez également contempler son travail dans d’autres villes italiennes mais aussi, par exemple, en France, en Belgique, aux Etats-Unis, en Allemagne et en Espagne. Je n’ai malheureusement pas eu la chance de le croiser lors de mon séjour à Florence, ce qui me donne une bonne excuse pour y retourner incessamment sous peu!

Et pour conclure cet article, je vous présente Clet, représenté par Blub !

IMG_7131

 

F.A

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s